La boîte de pandore ou le voyage dans les vies antérieures

En lisant La Boîte de Pandore, j’ai retrouvé le même plaisir de lecture que lorsque j’avais lu Le cycle des anges (composé des livres Les Thanatonautes ainsi que l’Empire des anges).

Vous trouverez plusieurs résumés de La Boîte de Pandore sur la toile alors je ne m’attarderai donc pas sur l’histoire du roman. Ce qui m’intéresse ici, c’est la façon dont les vies antérieures et l’hypnose régressive sont abordées et comment Bernard Werber s’est intéressé à ce sujet.

Quel pourrait être l’impact de nos vies passées sur notre vie actuelle ? Pourrait-on imaginer revoir l’Histoire avec un grand H en revisitant nos vies antérieures ?  Ce voyage passionnant dans l’univers de l’inconscient est un livre d’un accès facile qui permet au plus grand nombre de s’intéresser à une nouvelle dimension de leur être. A se poser des questions sur leur propre existence.  

Dans La boîte de Pandore, le processus d’hypnose de régression amène le héros à visualiser un long couloir avec des portes numérotées et selon la porte qu’il va ouvrir, il va pouvoir revivre la vie antérieure qui se cache derrière et par là même comprendre certains comportements qu’il peut avoir dans sa vie actuelle.

Ce qui est intéressant, c’est qu’en ayant accès à ces mémoires du passé, il peut ré-accéder à des comportements, des savoirs oubliés pour les réactiver.

Il y a quand même quelques inexactitudes dans la façon de procéder pour accéder aux vies antérieures et surtout l’accompagnement n’est pas des plus académiques (par exemple les questions fermées du type « Es-tu peintre ? » sont à bannir) ou encore : tiens, je vais revisiter une vie antérieure où j’étais fort avec plein de confiance en moi. Mais bon, nous sommes dans un roman 🙂

Ce qui est intéressant par contre, c’est la démarche de Bernard Werber qui nous invite, en tant que lecteur, à nous questionner sur la réincarnation et l’hypnose.
Les personnes que je croise (et moi-même d’ailleurs), se posent trente six milliards de questions. Celles qui reviennent le plus souvent sont : 

  • Mais qui suis-je ? Une personne unique ou le résultat des centaines de vies antérieures déjà vécues ?
  • Quelle est ma mission de vie ?
  • Pourquoi ai-je l’impression d’être déjà venue ici, d’être de retour chez moi ?
  • Pourquoi je viens de rencontrer cette personnes alors que je suis persuadée de la connaître depuis toujours ?
  • Pourquoi je tombe toujours sur le même type d’hommes/de femmes ?

Est-ce que pour Bernard Werber, le fait de revisiter ses vies antérieures a eu un impact sur sa vie actuelle ?
Dans une interview donnée sur la chaîne kto, il nous dévoile qu’en tant que romancier, cela ouvre des perspectives. Le champ des possibles est infini et il y a là de quoi avoir plusieurs trames de roman à venir. 

Faire des séances d’hypnose de régression dans ses vies antérieures lui a également fait prendre conscience qu’il n’était pas seulement Bernard Werber l’écrivain, mais la dernière version d’une âme, qui n’arrête pas de se réincarner et qui va probablement se réincarner après.

Il tire également de ses vies antérieures une expérience de ce qu’il ne veut plus être ou faire aujourd’hui. Par exemple lorsqu’il était samouraï, il était aux ordres de son seigneur et qu’à présent il veut une vie où il prend ses décisions lui-même… Il les assume qu’elles soient des succès ou des échecs.

J’aime beaucoup également son approche de la spiritualité :

« On ne se connait pas soi-même. Le but d’une vie, c’est de comprendre qui on est, et qu’est-ce que l’on fait là. Pourquoi on est venu sur Terre, et quelle est notre mission… »

Il aimerait et je le rejoins sur ce terrain, que nous nous intéressions en premier lieu sur nous-même !

Si vous vous arrêtez cinq secondes pour faire le point. Il y a plusieurs personnes autour de vous qui définissent ce que vous êtes soit par votre position dans la société (un père, un mari), votre physique (gros, maigre, petit), votre caractère (chiant, gentil…)
A un moment, il faut se poser la question. Au-delà de ce que je représente pour les autres, qui suis-je vraiment par rapport à moi-même ?
Dès que l’on commence à se poser cette question existentielle, se dessinent petit à petit des débuts de réponse.
Est-ce que quand vous vous regardez dans la glace le matin, vous vous dites : « Je connais cette personne, je sais ce qu’elle vaut… ? »
En conclusion, ne vous laissez pas envahir par le regard des autres. Soyez vous-même, soyez vrais 🙂

Envie de partager cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Lire d'autres articles sur le même sujet

Leave a comment